Après une dure journée de travail, vous avez éteint la sonnerie de votre téléphone et vous vous êtes assis devant votre fidèle ordinateur pour vous détendre avec un bon jeu vidéo en attendant le dîner ou en vous couchant pour la prochaine journée de travail. Malheureusement, l’ordinateur que vous avez acheté il y a quelques années est devenu obsolète et ne peut plus faire tourner vos jeux préférés aussi bien que vous le souhaiteriez.

En ce moment, les finances à consacrer à une éventuelle nouvelle mise à niveau ne sont pas très importantes, et même si vous souhaitez acheter un nouvel ordinateur de jeu, vous ne pouvez pas dépenser plus de 500 £. Quoi ? Abandonnez-vous votre passion pour les jeux pour des raisons purement financières ? Asseyez-vous et donnez-moi quelques minutes de votre temps : dans le guide suivant, on vous montrera comment assembler un PC de jeu avec 500 euros (environ), afin que vous puissiez « mettre au rebut » votre PC de bureau actuel et le remplacer par un nouvel ordinateur capable de gérer décemment vos jeux préférés.

L’ordinateur en question ne sera pas une centrale, bien sûr, mais il offrira tout ce dont vous avez besoin pour faire tourner un grand nombre de titres relativement récents avec des paramètres minimaux, et vous pourrez mettre votre PC à niveau à l’avenir, de sorte que dès que vos finances vous le permettront, vous pourrez ajouter une carte vidéo ou d’autres composants plus performants afin de pouvoir jouer sans interruption pendant des années. Prêt à partir ? OK, commençons !

Assembler un PC de jeu avec 500 euros : les composants clés

Bien que cela puisse sembler une petite somme d’argent pour un appareil de jeu, dans les chapitres suivants, on va vous montrer comment il est réellement possible de construire un ordinateur capable de faire tourner à peu près n’importe quel jeu moderne (sans dépasser les paramètres graphiques !) pour environ 500€, ce qui est moins que ce que demandent de nombreux smartphones haut de gamme.

Pour réussir cette tâche, on va vous suggérer des composants qui présentent le bon compromis entre qualité et prix et qui, il ne faut pas le sous-estimer, sont parfaitement compatibles entre eux : cela n’a aucun sens d’acheter un CPU Intel et d’essayer de le mettre dans une carte mère AMD ! Si vous ne vous sentez pas à la hauteur ou si vous n’arrivez pas à choisir les bons composants pour l’ordinateur que vous avez en tête, n’hésitez pas à demander l’aide d’amis, de parents ou d’un technicien plus expérimenté : vous éviterez ainsi d’acheter des pièces inutiles ou incompatibles et vous accélérerez le processus d’assemblage de votre PC de jeu (dont on parlera dans le dernier chapitre de ce guide).

Attention, l’inévitable fluctuation des prix peut vous amener à dépasser, ne serait-ce que légèrement, le budget de 500 € prévu pour l’achat des composants essentiels de l’ordinateur : pour éviter les mauvaises surprises, veillez donc à disposer d’un peu d’argent supplémentaire au moment de l’achat, afin de pouvoir compenser rapidement les petites fluctuations des dépenses.

Au moment où on écrit ce guide, le prix de la configuration la moins chère est d’environ 485€ : comme vous pouvez facilement le deviner, il est amené à évoluer dans le temps (à la baisse ou à la hausse), il est donc préférable de ne pas l’utiliser comme référence absolue et de toujours calculer le total de tout le matériel choisi.

Cas

Pour commencer, vous pouvez choisir le boîtier – la « boîte » qui abrite tous les composants de votre ordinateur. Vous avez l’embarras du choix, car les boîtiers sont proposés dans une grande variété de tailles, de formes et de couleurs. Vous pouvez également opter pour des boîtiers spectaculaires dotés de voyants lumineux, d’emplacements supplémentaires pour ventilateurs et de plusieurs ports USB en façade (celui qui est généralement accessible d’une seule main).

Lorsqu’il s’agit de PC de jeu, le choix du boîtier ne doit pas seulement tenir compte de l’aspect esthétique : il faut également faire attention au facteur de forme des cartes mères, ce qui limite le choix aux boîtiers prenant en charge le facteur de forme ATX, le plus utilisé pour les configurations de ce type.

En optant pour un boîtier compatible avec les cartes mères ATX, vous êtes sûr de pouvoir installer n’importe quelle carte mère moderne, même si elle est proposée dans un facteur de forme plus petit (microATX par exemple) : les boîtiers de jeux disposent de plusieurs points de fixation pour les facteurs de forme les plus courants. N’achetez pas un boîtier qui ne prend en charge que le facteur de forme microATX, surtout si vous avez choisi une carte mère ATX, car vous ne pourrez pas y loger une carte mère ATX.

Une autre caractéristique à prendre en compte lors du choix d’un boîtier de jeu est la présence d’un bon nombre de ports USB en façade (de type USB 3.0, bien que certains boîtiers soient disponibles avec des ports USB Type-C), d’entrées et de sorties pour casque et microphone (disponibles sous forme de prises de 3,5 mm) et de voyants lumineux (ils font une grande scène, mais ne sont pas essentiels au fonctionnement de l’ordinateur).

Pour l’ordinateur de jeu à petit budget qu’on vous aide à construire, vous pouvez envisager le boîtier Kolink Nimbus -Case RGB Mid-Tower ATX, qui offre l’espace nécessaire pour tous les composants dont vous avez besoin, un bon nombre de ports sur le dessus et des baies de ventilation dédiées, le tout sans dépenser une fortune.

Si vous recherchez quelque chose de plus esthétique, jetez un coup d’œil au Noua Cool G7 et au GOLDEN FIELD – Z21, qui sont très grands et conçus pour des ventilateurs LED et des systèmes de refroidissement plus audacieux.

Pour en savoir plus sur ce sujet, consultez le guide d’achat consacré aux étuis, où on vous a fourni d’autres conseils précieux à garder à l’esprit au moment de choisir.

Carte mère

La carte mère (également appelée carte-mère ou mobo) est sans aucun doute l’un des composants les plus importants de l’ordinateur, car elle est chargée de distribuer l’électricité et de faire passer rapidement les informations entre les matériels connectés à l’ordinateur.

Compte tenu des limites de coût auxquelles vous comptez vous soumettre, vous devrez, par nécessité, choisir une carte mère qui présente un prix adéquat, sans trop remonter dans le temps : pour éviter l’achat de cartes mères obsolètes, assurez-vous que celle que vous choisirez supporte la RAM DDR4, dispose d’au moins un slot pour M.2 (c’est-à-dire les derniers SSD), dispose d’un emplacement PCI-e X16 (où est insérée la carte vidéo), de plusieurs emplacements PCI-e X1 et, enfin, vérifiez la présence de ports USB 3.1, d’un port USB Type-C et d’au moins un port utilisé pour la transmission de signaux vidéo (HDMI ou DisplayPort).

Si vous voulez assembler un ordinateur avec un processeur Intel, vous pouvez obtenir un bon rapport qualité-prix en choisissant une carte mère avec socket 1151 et chipset Z390 comme la MSI Z390.

Si vous souhaitez utiliser un CPU AMD, assurez-vous de choisir une carte mère avec un socket AM4 et un chipset B450, comme la Gigabyte B450 Aorus Elite.

Processeur

Le processeur (ou CPU) est le cœur battant de l’ordinateur, celui qui lui permet d’effectuer des calculs mathématiques et d’exécuter le système d’exploitation et tous les programmes qui lui seront envoyés, y compris les jeux.

Puisqu’on vous aide à assembler un PC de jeu avec seulement 500 €, vous ne pouvez pas espérer acheter un processeur haut de gamme tout en respectant votre budget : vous devrez faire de la nécessité une vertu et vous concentrer sur des processeurs puissants mais pas trop chers.

Quel que soit le type de CPU que vous choisissez, assurez-vous qu’il possède au moins 4 cœurs physiques ou virtuels (un cœur est une unité de traitement à l’intérieur du processeur) et qu’il a une fréquence d’horloge minimale de 3 GHz.

Certains processeurs intègrent également une technologie de doublement virtuel des cœurs appelée HyperThreading (HT), qui permet de doubler, virtuellement, le nombre de cœurs physiques, augmentant ainsi le nombre d’opérations pouvant être effectuées simultanément : c’est certainement une solution à envisager pour obtenir 4 cœurs virtuels même sur des processeurs qui ne possèdent que 2 cœurs physiques.

Si vous avez opté pour une carte mère compatible avec Intel, vous pouvez opter pour le Pentium Gold G5400 ou les processeurs plus rapides Intel Core i3-9100F. Le premier possède deux cœurs physiques et quatre cœurs virtuels en HT, fonctionnant à 3,7 GHz, tandis que le second possède quatre cœurs physiques et une fréquence de 3,6 GHz (pouvant être mis à niveau automatiquement à 4,2 GHz).

Si au contraire vous avez misé sur la carte mère AMD, on vous recommande de choisir sans trop d’hésitation le CPU AMD Ryzen 3 3200G, qui possède 4 cœurs physiques, une fréquence de 3,6 GHz boostable jusqu’à 4 GHz et une puce graphique intégrée Radeon Vega 8, qui peut gérer indépendamment les effets graphiques du système d’exploitation ou l’accélération 3D du navigateur ou des programmes qui l’utilisent.

Système de refroidissement

Compte tenu du prix, il n’y a certainement pas de place pour un système de refroidissement dédié, vous devrez donc vous contenter du système de refroidissement inclus dans les paquets des processeurs qu’on vous a montrés ci-dessus, qui sont plus que suffisants pour répondre aux besoins en énergie du PC.

Ne craignez pas non plus que votre carte vidéo fasse surchauffer votre ordinateur : comme vous le découvrirez bientôt, les GPU qu’on va vous suggérer possèdent leur propre système de refroidissement, suffisant pour supporter les charges les plus lourdes.

RAM

La RAM, comme montré dans le guide dédié à ce sujet, est le composant qui stocke les données temporairement, jusqu’à ce que l’ordinateur soit éteint. Cette mémoire, qui est beaucoup plus rapide que le stockage de masse (SSD et disques durs), échange des données avec le processeur et le GPU presque directement.

Au moment de la rédaction de ce guide, la RAM la plus populaire est la DDR4, dont les vitesses d’accès et d’échange sont adaptées à l’utilisation de tout type de jeu. Parmi les paramètres à considérer lors de l’achat d’une nouvelle mémoire vive, il faut tenir compte de la fréquence (qui indique la vitesse réelle d’échange des données) et de la capacité (la quantité de données pouvant être stockées).

Pour augmenter encore les performances de votre ordinateur, vous pouvez également placer côte à côte deux modules de RAM identiques en termes de fréquence, de capacité et de temps d’accès, afin de profiter de la technologie Dual Channel, qui peut offrir une augmentation significative de la vitesse d’échange des données.

Comme vous avez un budget serré, vous pouvez opter pour une seule banque de 8 Go ou un kit de deux banques de 4 Go chacune, afin de profiter du double canal. Si vous préférez opter pour une banque unique, vous pouvez envisager la mémoire PC Crucial 8GB DDR4 ou Corsair Vengeance LPX DDR4 8GB.

Si vous préférez opter pour un kit de RAM à deux banques, vous pouvez choisir le kit Crucial CT2K4G4DFS824A 8GB (4GB x 2) DDR4.

Disques et mémoire de masse

Puisque l’ordinateur que vous prévoyez est conçu pour exécuter des jeux, optez pour un SSD SATA classique d’une capacité minimale de 500 Go, afin de disposer de la vitesse et de l’espace nécessaires pour héberger un grand nombre de jeux et les exécuter rapidement.

À cet égard, vous pouvez opter pour le SSD interne Crucial MX500 500 Go ou le SSD 3D NAND Silicon Power 512 Go.

Ensuite, si vous ne pouvez pas résister à l’envie d’essayer les nouveaux SSD de facteur de forme M.2, vous pouvez envisager d’acheter le SSD PCIe M.2 NVMe de 256 Go de Silicon Power SP, qui offre moins d’espace mais est beaucoup plus rapide que les disques SSD « traditionnels ».

Si vous avez besoin de conseils supplémentaires sur les disques SSD à acheter, vous pouvez lire le guide spécifique qu’on a réalisé sur le sujet.

Alimentation électrique

L’alimentation, également appelée PSU, est le composant qui distribue l’énergie à la carte mère et à tous les autres matériels du boîtier.

Il possède une valeur limite de puissance de sortie (exprimée en watts), qui doit toujours être supérieure à la puissance nécessaire pour faire fonctionner tous les composants de l’ordinateur en même temps : dans le cas contraire, l’ordinateur pourrait s’arrêter brusquement, par manque de puissance.

Pour éviter de tels problèmes, vous devez choisir un bloc d’alimentation qui fournit beaucoup plus d’énergie que ce dont le reste du matériel informatique a besoin et qui a un indice d’efficacité énergétique de 80 Plus Bronze ou plus, afin que vous puissiez gérer les jeux les plus gourmands en énergie sur votre ordinateur et, surtout, faire évoluer votre ordinateur à l’avenir sans risquer de problèmes énergétiques.

En outre, il serait préférable de tenir compte de la modularité du PSU : en choisissant un modèle modulaire ou semi-modulaire, vous pourrez connecter uniquement les câbles nécessaires à la connexion des périphériques, obtenant ainsi un boîtier bien rangé avec une plus grande circulation d’air, même si le prix augmente considérablement.

À cet égard, vous pouvez envisager d’acheter le bloc d’alimentation Kolink Classic Power 700W ou le bloc d’alimentation ITEK TAURUS WN700 700W, plus que suffisant pour gérer un ordinateur de jeu avec des performances moyennes-hautes.

Pour plus d’informations sur ce sujet, vous êtes invité à consulter le guide dédié aux meilleures alimentations pour ordinateur.

Carte vidéo

Enfin, c’est le moment : le choix de la carte vidéo aura un impact majeur sur les performances de votre futur ordinateur de jeu ! Même si certains processeurs modernes sont équipés d’une puce vidéo intégrée à leur boîtier, il est toujours préférable d’opter pour une carte vidéo discrète (c’est-à-dire dédiée), afin de pouvoir jouer à la plupart des jeux modernes sans avoir à faire trop de sacrifices.

À cet égard, assurez-vous que la carte vidéo que vous choisissez possède au moins 4 Go de mémoire vidéo GDDR5 et dispose des ports de sortie nécessaires pour connecter le moniteur, à savoir HDMI et DisplayPort. Il existe des GPU NVIDIA et AMD sur le marché, mais les différences de performances sont minimes dans cette gamme de prix, vous pouvez donc choisir l’une ou l’autre marque.

Trouver le bon compromis entre les performances et le prix n’est pas très facile, car la plupart des cartes vidéo pour jeux sont vendues à plus de 400 €. Compte tenu du budget disponible, il vous faudra donc être extrêmement sélectif : un bon exemple de carte vidéo bon marché est la XFX RX 550, petite mais avec 4 Go de RAM dédiée.

Si, toutefois, vous envisagez d’investir quelques euros de plus, vous pouvez dépasser légèrement votre budget et miser sur une MSI Radeon RX 570 ARMOR plus puissante, qui se targue de la beauté de 8 Go de mémoire vidéo GDDR5, d’un bus de 256 bits et d’une fréquence d’horloge de 7000 MHz.

Autres périphériques pour PC de jeu

Avec les composants de base montrés jusqu’ici, vous pouvez assembler votre ordinateur immédiatement et le rendre opérationnel, peut-être même en recyclant certains des périphériques que vous possédez déjà, comme l’écran, le clavier et la souris.

Si vous n’en avez pas, on suppose qu’on n’a pas de bonnes nouvelles pour vous : ajouter les composants ci-dessus à votre ordinateur tout en restant dans votre budget de 500€ est pratiquement impossible.

Toutefois, en vue d’un achat futur, il faut vous signaler quelques exemples de compléments (toujours peu coûteux) que vous pouvez acheter ultérieurement, ce qui permet de diluer la dépense sur une plus longue période.

Moniteur

Les caractéristiques d’un moniteur à petit budget doivent idéalement être les suivantes : diagonale de 22 à 24 pouces, résolution Full HD, temps de réponse inférieur à 10 ms et entrée HDMI. Grâce à ces caractéristiques, vous devriez pouvoir ne pas dépenser une fortune et disposer d’un bon moniteur pour les jeux.

Comme moniteur PC pas cher, vous pouvez miser sur le moniteur Philips 223V5LHSB2 LCD-TFT 21,5″ ou, à défaut, sur le moniteur HP 22w PC 22 Inch IPS Full HD, identique en taille et en qualité offerte.

Si, en revanche, vous préférez un moniteur plus grand, vous pouvez envisager ce 24″ Full HD Samsung S24D330, qui présente un temps de réponse de 1ms et un câble HDMI inclus dans la boîte.

Dans tous les cas, vous pouvez toujours jeter un coup d’œil à notre guide d’achat de moniteurs de jeu, où on a abordé le sujet de manière très détaillée.

Souris et clavier

La souris et le clavier sont indispensables pour pouvoir jouer de manière satisfaisante : en principe, en ce qui concerne le clavier, il faut opter pour un modèle dont les touches sont personnalisables, pour éventuellement correspondre aux séquences auxquelles vous êtes habitué pendant votre jeu.

Il en va de même pour la souris : boutons supplémentaires, prise en main ergonomique et sensibilité personnalisable (DPI) sont des paramètres qui ne devraient pas manquer dans un périphérique de sortie de ce type.

Dans la gamme économique du marché, il existe plusieurs solutions de ce type mais, dans tous les cas, notre conseil est de toujours éviter d’acheter des modèles sans fil : ils ont tendance à interférer avec d’autres réseaux sans fil, à « souffrir » de la présence de batteries (qui pourraient se décharger sur les plus belles) et, en outre, à présenter une latence relativement élevée.

Personnellement, si vous ne voulez pas dépenser beaucoup d’argent, on vous recommande les kits souris et clavier fournis par Trust et Rehomy, qui présentent un design unique, des LED colorées et une grande vitesse de réponse. Le kit Trust est également livré avec un casque filaire très pratique.

Si, en revanche, vous souhaitez jeter un coup d’œil à des solutions plus avancées ou avoir un aperçu plus clair des paramètres à prendre en compte pour faire votre choix, consultez les revues approfondies des souris et claviers pour gamers – c’est sûr que vous y trouverez ce que vous cherchez.

Contrôleur

La manette est la solution optimale pour jouer aux titres créés à l’origine pour les consoles et adaptés ensuite à l’ordinateur, afin de bénéficier de l’expérience de jeu native, sans avoir à se « contenter » de la souris et du clavier.

S’il est souhaitable de disposer d’une manette offrant une prise en charge complète de votre système d’exploitation (comme la manette de la Xbox One ou la manette de la PlayStation 4, par exemple), il existe un certain nombre de solutions peu coûteuses qui sont compatibles avec la plupart des titres (et des systèmes d’exploitation).

À cet égard, on recommande les solutions fournies par Trust, Logitech et JAMSWALL, qui offrent tout ce dont vous avez besoin pour un coût très faible.

Cuffie/Casse

Pour une expérience de jeu immersive et réaliste, il est généralement préférable d’écouter les sons du jeu avec de bons haut-parleurs externes qui, étant donné la configuration à petit budget que vous allez créer, ne devraient pas coûter un bras et une jambe !

Une bonne solution de ce type pourrait être le Logitech Z333 2.1, composé de deux satellites, d’un grand caisson de basse et d’un dispositif de contrôle du volume dédié.

Si, en revanche, vous préférez reproduire les sons du jeu à l’intérieur d’une paire d’écouteurs et/ou parler à vos compagnons de jeu, vous pouvez envisager d’acheter une paire d’écouteurs de jeu, tels que ceux proposés par ALWUP et Cocoda, tous deux esthétiquement attrayants et équipés de tout le matériel nécessaire pour les connecter à votre ordinateur (ou à une console de jeu).

Pour des informations plus approfondies, on vous invite à consulter les guides dédiés aux enceintes d’ordinateur et aux casques de jeu, dans lesquels on a répertorié une série de solutions intéressantes de ce type.

Webcam

Si vous êtes un adepte du multijoueur et que vous souhaitez passer des appels vidéo de groupe avec d’autres joueurs, diffuser vos flux en direct sur Twitch ou, plus généralement, vous montrer lorsque vous jouez, vous pouvez envisager d’acheter une webcam.

Parmi les solutions appartenant au marché à petit budget, vous pouvez considérer celles mises à disposition par Topcony et LarmTek, toutes deux équipées d’un capteur capable de capturer des images à 1080p et d’un microphone intégré.

Pour plus d’informations, on vous renvoie à la lecture de notre guide d’achat consacré aux meilleures webcams.

Comment construire votre PC ?

Maintenant que vous avez rassemblé tous les périphériques de votre nouvel ordinateur de jeu, il ne vous reste plus qu’à effectuer le travail le plus important et, d’une certaine manière, le plus amusant : l’assembler pièce par pièce, jusqu’au moment fatidique où vous allumez votre « créature » pour la première fois.

Même si cette phase peut être très amusante, vous devez être conscient de ce que vous allez faire : si vous n’avez jamais assemblé un PC auparavant et que vous ne connaissez pas la moitié des câbles qui se trouvent devant vous, vous devriez demander de l’aide à un technicien informatique ou à un ami qui a déjà assemblé un ordinateur par le passé, afin d’atteindre le but ensemble en limitant les risques au maximum.

Si toutefois vous souhaitez vous lancer seul, assurez-vous d’avoir un kit de tournevis suffisamment fourni et opérez à partir d’un plan de travail stable, plat, isolé (de préférence en bois ou recouvert de carton ou de plastique propre) mais surtout à l’abri de la lumière directe et/ou des facteurs environnementaux externes.

On vous recommande également de travailler « armé » de gants en latex, nitrile, vinyle ou autre matière isolante, afin d’éviter toute décharge électrique accidentelle et, last but not least, de toucher les puces et les connecteurs des différents périphériques, au risque de les abîmer.

Cela dit, retroussez vos manches et suivez attentivement les instructions ci-dessous.

Placez la carte mère sur une surface isolée, les fentes et les connecteurs vers le haut.

Retirez le processeur de son boîtier (faites attention aux contacts inférieurs délicats) et installez-le dans le socle de la carte mère en suivant les instructions des manuels de la carte mère et du processeur. Lorsque vous êtes prêt à installer le processeur, abaissez le levier à côté de la prise si nécessaire pour fixer le processeur en place.

L’étape suivante consiste à connecter le processeur, le dissipateur thermique et le ventilateur sur la prise, en faisant correspondre les broches aux fentes de la carte mère, puis à appuyer fermement sur le dissipateur thermique pour le verrouiller en place. Les dissipateurs thermiques inclus dans la boîte du processeur sont généralement livrés avec une couche de pâte thermique pré-appliquée, vous n’aurez donc pas à vous soucier d’appliquer la pâte directement sur le processeur.

Placez la ou les banques de RAM dans les emplacements appropriés, généralement à côté de l’emplacement du CPU. On vous recommande de le faire pendant que vous avez encore beaucoup de place dans votre boîtier pour faciliter l’installation correcte des modules. Si vous optez pour une configuration à double canal, assurez-vous de placer la première banque de RAM dans l’emplacement 1 et la seconde dans l’emplacement 3.

Votre carte mère est presque prête, vous pouvez donc la mettre de côté un moment pour vous concentrer sur le boîtier. Sortez le boîtier de la boîte et retirez tous les panneaux latéraux, y compris celui qui servira de « dos » à la carte mère. Cela vous permettra de positionner plus facilement les câbles et les composants internes. Veillez à tourner vers le haut le côté du boîtier où se trouvera la carte mère, et profitez-en pour installer les ventilateurs fournis avec le boîtier, le cas échéant.

Insérez maintenant l’alimentation dans la baie d’alimentation du boîtier (qui se trouve généralement sur le dessus du boîtier), en veillant à bien serrer les vis. Si nécessaire, démêlez les cordons d’alimentation des différents périphériques internes.

Placez maintenant la carte mère dans le boîtier, en veillant à placer le CPU sur le dessus et les ports de connexion externes sur le côté gauche (ils doivent être orientés vers l’arrière du boîtier). Faites correspondre le tout aux emplacements prévus (les mesures sont standard, vous ne devriez donc pas rencontrer de problèmes) et une fois le positionnement terminé, fixez la carte mère avec les vis et les crochets fournis.

Connectez les câbles d’alimentation à la carte mère (câbles à 24 et 4 broches) et connectez également le ventilateur du processeur (câble à 8 broches) et tous les autres câbles nécessaires au fonctionnement des éléments situés à l’avant du boîtier (haut-parleur interne, ventilateurs éventuels, bouton d’alimentation, prises audio/ports USB existants, DEL, etc. Si nécessaire, veuillez vous référer aux manuels de votre boîtier et de votre carte mère pour connaître les emplacements corrects.

Placez le disque dans son emplacement et connectez-le à l’un des ports SATA de la carte mère, en n’oubliant pas de les alimenter par l’un des câbles qui sortent de l’alimentation. Si vous avez opté pour une mémoire M.2, il vous suffit d’identifier l’emplacement, de l’insérer dans la carte mère et de la fixer avec les vis fournies.

C’est maintenant au tour de la carte vidéo discrète : insérez-la dans l’emplacement PCI-e X16 et fixez-la délicatement dans l’emplacement en l’enclenchant.

Enfin, c’est le moment ! À ce stade, fermez tous les panneaux du boîtier et terminez l’assemblage de l’ordinateur en le plaçant où vous le souhaitez et en le connectant aux mêmes périphériques externes à utiliser (moniteur, souris, clavier, écouteurs / haut-parleurs et ainsi de suite).

Enfin, connectez le câble d’alimentation au PSU, branchez-le dans la prise d’alimentation et mettez l’interrupteur d’alimentation sur ON si nécessaire. Maintenant, appuyez sur le bouton d’alimentation de l’ordinateur et c’est tout : si tout s’est bien passé, vous devriez voir l’ordinateur démarrer pour la première fois, où il vous sera demandé de configurer la date et l’heure actuelles.

À la fin de cette séquence, vous devriez vous retrouver face à un message d’erreur concernant l’absence du système d’exploitation : si cela se produit, vous pouvez être satisfait de votre travail ! Il ne vous reste plus qu’à installer une copie de Windows sur le disque, en suivant les instructions fournies dans ce tutoriel.

Si vous avez besoin de précisions sur les étapes montrées dans cette section et si vous avez besoin d’un retour visuel sur ce qu’il faut dévisser et assembler, vous pouvez vous fier à l’un des nombreux tutoriels vidéo sur YouTube.