Pour ceux qui sont à la recherche de domaines où effectuer des investissements, le crowdfunding peut être une bonne alternative. Il s’agit d’un financement alternatif qui vous permet de réaliser vos projets et de générer d’importants revenus. Cependant, avant de vous y lancer, il est important de bien vous renseigner pour faire des placements avantageux. Quelles sont les 5 choses à savoir avant de vous lancer ?

1. Le crowdfunding : un concept de financement participatif ancien

  Le crowdfunding est un concept qui est apparu depuis une vingtaine d’année. Il est composé de deux mots que sont « crowd » qui signifie foule et « funding » qui veut dire financement. Il s’agit donc d’un financement participatif employé autrefois pour financer la construction de la statue de la liberté. Une collecte de fond s’était donc opérée auprès des particuliers pour la création du monument. Depuis 2019, le crowdfunding a connu un grand essor auprès des salariés. Selon le site fortuneo.fr, environ 629 millions ont été collectés grâce à cette méthode. C’est donc une hausse de 58% par rapport à l’an 2018. Cette méthode touche désormais plusieurs domaines tels que :

  • la technologie et la santé ;
  • le commerce et l’investissement immobilier ;
  • l’éducation, le patrimoine musical, etc.

Les avantages sont importants pour celui qui décide d’adopter cette méthode de financement pour ses projets.

2. Les différents types de crowdfunding

Il existe jusqu’à 4 déclinaisons de ce type de placement. Il est important de les connaître pour mieux effectuer son choix :

  • La donation : il s’agit des cadeaux financiers qu’un ensemble de personnes font pour la réalisation d’un projet d’investissement. Ceux-ci ne doivent rien attendre en retour.
  • La donation avec contrepartie : les investisseurs avancent un montant de l’investissement et attendent un revenu. C’est d’ailleurs ainsi que fonctionnent plus de 43% des plateformes dédiées dans ce secteur.
  • Des placements en capital : il s’agit d’un internaute qui agit en investisseur pour faire fructifier vos affaires. En contrepartie, il bénéficie des dividendes sur les revenus de votre projet d’investissement.
  • Le crédit : les financeurs peuvent récupérer le montant investi au début du projet. Celui qui en bénéficie doit alors rembourser avec ou sans intérêt.

Il revient à l’initiateur du projet de choisir le type de crowdfunding qu’il souhaite en fonction de son capital de départ et de ses besoins.

3. Le crowdfunding et l’immobilier : une bonne combinaison

L’un des domaines où le crowdfunding a le vent en poupe est l’immobilier. Investir dans ce patrimoine nécessite d’avoir un budget conséquent si vous souhaitez jouir d’avantages fiscaux importants. Si vous ne disposez pas du capital adéquat, vous avez toujours la possibilité de recourir au crédit immobilier ou au crowdfunding immobilier.  Parlez-en à vos proches, votre famille pour ensuite faire un placement financier dans les biens existants. Vous avez aussi la possibilité de faire un prêt à un promoteur pour la construction des immeubles, des appartements ou des maisons. Ce crédit sera étalé sur une période donnée et à la fin du délai, vous jouissez des intérêts non négligeables pour renflouer votre compte épargne.  Toujours dans l’intérêt du crowdfunding immobilier, vous pouvez vous associer à d’autres personnes pour acheter un bien immobilier. Bien évidemment, le montant total des loyers sera fractionné en fonction du nombre d’investisseurs et vous percevrez votre quota.

4. Crowdfunding : devenez un investisseur dans les entreprises

Vous vous posez sûrement des questions sur comment faire un crowdfunding dans les PME-PMI. Il s’agit de prêter un montant donné à un auto-entrepreneur. Une fois que la structure a une stabilité financière et que les activités sont en marche, vous pouvez récupérer le montant avec des intérêts. Vous pouvez aussi faire de la souscription de titres. Ce sont des placements financiers qui vous permettent de devenir actionnaire dans une entreprise. Selon le pourcentage, vous pouvez participer aux prises de décision. Les startups se servent du crowdfunding pour gérer des dépenses non couvertes par les organismes financiers. Cependant, vous devez être à l’écoute de l’autorité des marchés financiers afin de limiter les risques de perte du capital. C’est une méthode qui vous permet d’investir dans une entreprise en bonne santé.  Les taux d’intérêts pour ce type d’investissement peuvent varier de 4 à 6% ou de 8 à 10% si le domaine choisi est porteur.

5. Le financement participatif : un mécanisme plutôt simple

Supposons que vous ayez un projet de création d’entreprise et que vous n’avez pas les fonds nécessaires pour le démarrage. Vous comparez et choisissez la meilleure plateforme de crowdfunding. Présentez entièrement votre idée tout en indiquant clairement le budget dont vous avez besoin. Renseignez aussi le deadline pour lever les fonds ainsi que les avantages que vous offrez aux investisseurs. Les internautes intéressés se chargeront de dédier un montant libre pour la réalisation de votre projet. Notez que tout le monde peut y participer.  Lorsque l’idée est concrétisée, les financeurs reçoivent les dividendes que vous avez initialement promis. Le site wrodsourcing.org affirme qu’il existe de par le monde plus de 452 plateformes pour effectuer ou bénéficier du financement participatif. Parmi le lot, vous pouvez retrouver Mimosa, La Ruche, Haricot, My New Startup et bien d’autres. Renseignez-vous et lisez les avis des utilisateurs pour prendre votre décision.