Je reçois plus de courriels, de lettres et d’appels téléphoniques sur l’or que sur toute autre chose. Une ferveur presque religieuse semble aller de pair avec le fait d’être un fanatique de l’or. Mon point de vue baissier sur l’or est généralement un choc pour les adorateurs. Pourtant, année après année, le précieux métal jaune refuse d’atteindre les étoiles comme il est censé le faire. Pourquoi en est-il ainsi ?

La croyance la plus répandue chez les « gold bugs » semble être que tout le monde va se ruer sur l’or comme couverture ultime contre l’inflation, les crises internationales, l’effondrement des devises et toutes les autres choses apocalyptiques. Le dernier resserrement mondial du crédit pourrait bien être l’élément déclencheur de la disparition du dollar américain, et lorsque tout le monde perdra finalement confiance dans la monnaie papier, les actions, les obligations, l’immobilier, les gouvernements et les banques centrales, l’or sera le dernier refuge de sécurité. Mieux vaut l’acheter maintenant avant que le prix n’explose et que l’on parle d’or en termes de milliers de dollars l’once au lieu de centaines. La Fed essaiera d’imprimer pour se sortir du pétrin, ce qui provoquera une hyperinflation, et l’oncle Sam sera heureux car le service de sa dette qui monte en flèche coûtera moins cher. Le seul actif de valeur réelle sera l’or, qui est limité. La demande engendrée par la panique poussera le prix au-delà de tout ce à quoi nous avons pu penser.

Cela vous semble familier ? Le seul problème est que je pense que c’est complètement faux. Si vous voulez payer le prix actuel d’environ 660 dollars l’once, faites-le. Mais je pense que vous payerez trois ou quatre fois trop cher.

Ne vous méprenez pas. Je suis un inconditionnel de l’or. Oui, je peux voir le jour où l’or sera à des milliers de dollars l’once. Mais pas avant qu’il ne tombe à moins de 200 dollars l’once.

Dans mon livre et dans mes bulletins d’information, j’ai utilisé des graphiques pour expliquer la principale raison de mon pessimisme à l’égard de l’or à court et moyen terme. Chaque mouvement en cinq vagues est corrigé en trois. Les vagues suivent la forme, pas l’horloge. L’or est dans un marché baissier depuis 27 ans, depuis son sommet de 875 $ en janvier 1980, et c’est loin d’être terminé. Le sommet de 740 $ atteint en mai 2006 n’était que la vague B. Ce n’est que lorsque la vague C sera terminée que l’or pourra entrer dans un nouveau marché haussier.

Qu’en est-il de la toile de fond économique probable du tableau technique que j’ai brossé ? Eh bien, le titre de mon livre est « How to Profit from the Coming Great Depression ». Cela indique donc probablement comment je vois l’économie à l’avenir.

Toutes les dépressions de l’histoire ont été accompagnées de DEFLATION, et non d’INFLATION !

(Un autre de mes articles traite de ce sujet).

Les données techniques et les données fondamentales concordent. L’or n’aime pas la déflation. Dans une période déflationniste, le cash est roi. Et si le dollar américain chute par rapport à l’euro, la livre ou le yen ? En quoi cela vous concerne-t-il si vous gagnez vos revenus et les dépensez en dollars américains ? Vous ne serez directement affecté que si vous effectuez des transactions dans ces autres monnaies. Oui, les prix à l’importation pourraient éventuellement augmenter. Mais pendant un certain temps, cette hausse sera plus que compensée par les remises accordées partout, les commerçants essayant désespérément de garder les portes ouvertes. À chaque baisse de prix, votre dollar s’achète davantage. Pourquoi voudriez-vous que votre argent soit placé dans de l’or, qui ne rapporte aucun intérêt et dont la valeur diminue ?

Ne vous inquiétez pas, lorsque je penserai que le moment est venu d’acheter de l’or, je crierai à tue-tête (enfin, peut-être mon clavier). Mais ce n’est pas le moment. Même dans un avenir proche, je peux voir l’or tomber sous les 500 dollars l’once. Et oui, cela devrait coïncider avec une reprise du dollar américain.

Et n’oubliez pas : en 2001, je recommandais à grands cris d’acheter de l’or alors que tout le monde l’avait jeté à la poubelle. Le prix de l’or est passé d’à peine plus de 250 dollars l’once à près de 750 dollars. Je ne suis pas toujours pessimiste à l’égard de l’or. C’est juste que, comme tout autre actif, il y a un moment pour l’acheter et un moment pour le vendre. À mon avis, ce n’est pas le moment de l’acheter.